« Un coup de massue » : A Montauban, une maternité fermera ses portes en décembre prochain

Pixabay

Le 31 décembre prochain, la maternité de la clinique de Pont-de-Chaume à Montauban (Tarn-et-Garonne) fermera ses portes à cause de la baisse du nombre de naissances. L’Agence Régionale de Santé d’Occitanie promet aux femmes enceintes « une continuité de la prise en charge ». 17 salariés en CDI verront leur poste supprimé, selon la CGT.

Les femmes enceintes qui prévoyaient de donner naissance à leur enfant dans la maternité de la clinique de Pont-de-Chaume à Montauban (Tarn-et-Garonne) devront revoir leur projet. Le groupe Elsan a décidé de fermer l’établissement le 31 décembre prochain à cause de la baisse du nombre de naissances, rapporte France Bleu Occitanie. 900 bébés y voyaient le jour tous les ans en 2010, contre 400 aujourd’hui.

Cette baisse de la natalité est un phénomène national, nous a précisé Caroline Combot secrétaire générale adjointe de l’Organisation Nationale Syndicale des Sages-Femmes (ONSSF). « C’est très préoccupant. Nous sommes passés de 820 000 naissances en 2014 à 740 000 en 2020 et aucun politique n’en parle ! »


Un manque de praticiens

En plus de la baisse de la natalité, cette clinique rencontrait des difficultés à recruter du personnel. Sans la présence d’un gynécologue, d’un pédiatre et d’un anesthésiste, « les maternités sont obligées de fermer », explique Caroline Combot secrétaire générale adjointe de l’Organisation Nationale Syndicale des Sages-Femmes (ONSSF). Il semble bien difficile de les attirer ou de les retenir. « Dans le privé, ils peuvent avoir des salaires beaucoup plus importants » et « dans les grandes structures, ils peuvent avoir des rythmes de garde moins intenses ».

À Montauban, les futurs parents auront donc la possibilité d’accoucher dans deux autres établissements à partir de janvier 2022 : au Centre Hospitalier ou à la clinique Croix Saint Michel. Dans un communiquédu 10 septembre dernier, l’ARS d’Occitanie assure qu’elle « veillera au respect de la continuité de la prise en charge coordonnée pour chaque femme enceinte actuellement suivie ». Les directions du CH et de la clinique privée seront prochainement réunies « afin de préparer les échéances de fin d’année ».


17 postes en CDI menacés

Perrine Chaput, sage-femme à la clinique Croix Saint Michel du Dr Boyé à Montauban et membre de l’ONSSF, reconnaît que l’annonce de la fermeture de la maternité a dû être « un coup de massue » pour les femmes enceintes mais aussi « un coup dur » pour ses confrères et consœurs. Dans un communiqué publié sur Facebook, la CGT de Pont-de-Chaume assure que « le plan social » va « toucher 17 salariés en CDI sans compter les CDD qui ne seront pas renouvelés ».

Perrine Chaput se veut rassurante envers les futures mamans. Elle assure que sa clinique et le CH pourront les prendre en charge si elles le souhaitent. « Notre quota d’accouchement par an n’est pas atteint, développe-t-elle. Nous pouvons réaliser 1 000 accouchements par an et nous n’en avons que 700 actuellement. »


Un report de la décision ?

Interrogé par France Bleu, le maire de Montauban Axel de Labriolle estime que « ces accouchements risquent de faire augmenter très significativement les seuils dans ces maternités. Cela va les obliger à avoir une permanence des soins beaucoup plus importante, ce qui va complètement déséquilibrer le système. »


Le sénateur du Tarn-et-Garonne, Pierre-Antoine Lévi (LR), partage cette opinion. Dans un message posté sur les réseaux sociaux, il se dit inquiet car « même si la clinique Boyé et le Centre Hospitalier de Montauban pourront dans un premier temps absorber le surplus d’activité, ce ne sera peut-être pas le cas à l’avenir ». Il dénonce une vision « purement comptable » et demande « le report de cette décision » en mai 2022.

source

Article précédentArticle suivant