Blue Whale Montauban gestion de pénurie… et taille critique

 

Blue Whale Montauban  gestion de pénurie… et taille critique

 

 

Le GIE fruitier tarn-et-garonnais (6 coopératives*), fait face à une baisse de sa production majeure, la pomme, de 20 % cette année. « Nous gérons la pénurie, en tentant de satisfaire au mieux notre clientèle. Elle comprend la situation, généralisée sauf en Pologne, qui a eu une récolte normale. Mais ils se sont alignés sur les prix, + 20 % en moyenne » analyse Claude Relhinger, président de Blue Whale. Le CA anticipé pour 2012-2013 sera comparable à 2011, à 165 M€.

Export et marques. Positionné de la production à la commercialisation, Blue Whale dispose de 165 000 tonnes de pommes par an : 98 000 tonnes en propre, 31 000 tonnes via des partenaires, 16 000 tonnes en cross trade. 72 % de son CA est réalisé à l’export, sur 70 pays et 500 clients. Blue Whale est le premier exportateur français, avec 20 % de parts de marché. Plusieurs cibles restent prioritaires : la Russie, l’Inde ou la Chine, pays friands… de valeur ajoutée. Une dimension poussée par le groupe, via ses marques. Le haut de gamme « estampillé » pèse 16 %, le milieu de gamme 34 %. 55 % de la production est écoulée par ce biais à l’export, seulement 30 % pour la France.

Taille critique des entités. Si le dimensionnement du groupe apparaît satisfaisant, la taille critique des coopératives adhérentes est LE vrai sujet. Modèle à suivre ? La coopérative moissagaise Stanor compte 22 producteurs et 60 000 tonnes produites. Une puissance qui permet des investissements lourds, 5,5 M€ cette année pour un nouvel outil de stockage frigorifique et de conditionnement (cf. mps n°1871). Des investissements qu’aimerait aussi réaliser la « petite » coopérative du GIE, Quercy Soleil… Fusion, mariage à l’horizon ? Les problèmes restent nombreux : différences d’identité, de zones géographiques, de politiques variétales.

Politique variétale et R&D. Le groupement est aussi sur le kiwi, le raisin, ou encore la prune. Cette dernière fait l’objet de toutes les attentions, via des coopérations avec des producteurs espagnols. De nouveaux produits ont déjà été lancés (cf. mps n°1894) et le renouvellement des vergers tourne à 7 % par an. Le groupe, qui investit 1,5 % de son CA dans la R&D, est aussi sur plusieurs projets structurants, comme Inno’Pom (cf. mps n°1872) ou encore un projet en gestion de l’eau, avec la PME TCSB.

• Stanor, Quercy Soleil, Kiwicoop et Novacoop dans le Tarn-et-Garonne, Trois domaines dans le Lot-et-Garonne, Les Deux vallées dans le Tarn. 200 producteurs au global

 

mps

Article précédentArticle suivant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *