Centrale nucléaire de Golfech : quelles conséquences pour la population et l’environnement

La centrale nucleaire de Golfech, au bord de la Garonne. - Alexandre GELEBART/20MINUTES
La centrale nucleaire de Golfech, au bord de la Garonne. – Alexandre GELEBART/20MINUTES

Lundi 24 octobre 2016, la centrale nucléaire de Golfech dans le Tarn-et-Garonne a libéré dans l’atmosphère des rejets radioactifs supérieurs de deux fois à la limite autorisée, selon l’Autorité de sûreté nucléaire. Un incident qui a duré deux minutes et pose de nombreuses questions.

Que s’est-il passé le 19 octobre dans l’unité numéro 1 de la centrale nucléaire de Golfech ? Pourquoi des gaz radioactifs ont-ils été rejetés dans l’air ? Dans quelle quantité et avec quelles conséquences pour la population et l’environnement ? Six jours après, que sait-on de cet incident radioactif ?

L’INCIDENT EST SURVENU AU COURS D’UNE « OPÉRATION D’EXPLOITATION »
Selon l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN), l’incident s’est produit au cours d’une opération de traitement des effluents issus du circuit primaire de la centrale, le circuit situé au coeur du réacteur.
Paul Bougon, chef de la division de Bordeaux de l’ASN, explique que l’incident est survenu au cours d’une manoeuvre normale d’exploitation : « l’exploitant purifie régulièrement le circuit primaire, il retire de l’eau du circuit primaire de manière contrôlée par un circuit dédié et traite cette eau primaire pour soit la réinjecter dans le circuit primaire, soit la rejeter. C’est au cours de cette opération que l’exploitant a détecté que la quantité de radioactivité contenue dans les gaz rejetés à la cheminée de la centrale était supérieure de 2 fois à la limite autorisée ». De son côté, la Commission Locale d’Information (CLI) de Golfech, créée pour garantir aux citoyens une information transparente sur l’activité de la centrale, précise par la voix de son vice-président, Pierre Gaillard, que l’incident est dû « à une surpression dans le circuit de dégazage, ce qui a déclenché l’ouverture d’une soupape qui a rejeté un petit peu de gaz radioactif dans des locaux confinés avant qu’il ne passe par la cheminée de la centrale ».

QUELLES CONSÉQUENCES POUR LA POPULATION ET POUR L’ENVIRONNEMENT ?« Cet évènement n’a pas de conséquence sur l’environnement ni sur la population », estime Paul Bougon, « parce que l’exploitant s’est rapidement rendu compte qu’il rejetait un gaz trop chargé en produits radioactifs. Il a donc arrêté tout de suite la manoeuvre qui était à l’origine de ce rejet et grâce aux balises de détection de la radioactivité situées tout autour de la centrale nucléaire, il a pu constater qu’il n’y avait pas de niveau de radioactivité ambiant, ce qui signifie qu’il n’y a pas de conséquence à cet évènement ».
Le porte-parole de la CLI est du même avis : « à la CLI, nous avons des contrôles indépendants faits par le laboratoire vétérinaire départemental et qui dispose de trois balises de contrôles de ces gaz radioactifs, une à Valence d’Agen, une à Agen et une à Montauban. Ils n’ont rien vu du tout ».

UN INCIDENT SIGNIFICATIF
Selon l’ASN, si cet incident n’a pas de conséquence, c’est pourtant « un type d’évènement assez rare », Paul Bougon précise même que dans le passé, « un seul évènement de ce type s’est produit sur le parc nucléaire en France ». Et il ajoute : « c’est un évènement que nous considérons comme significatif. C’est la raison pour laquelle nous demandons à l’exploitant d’abord à court terme de nous fournir des garanties avant la prochaine mise en service de ce type de matériel pour s’assurer que l’évènement ne se répète pas et à moyen terme d’effectuer une analyse des causes profondes de cette évènement, organisationnelles ou techniques et d’en tirer les enseignements adaptés ».

POURQUOI AUSSI PEU D’INFORMATIONS ?
Si l’ASN et la CLI relativisent les conséquences de cet évènement, certains ne sont pas du même avis. C’est le cas notamment, de Monique Guittenit de la
Coordination antinucléaire du Sud Ouest qui rappelle que les gaz qui ont été libérés dans l’atmosphère sont issus « des éléments les plus dangereux de la centrale, ceux du circuit primaire » et s’interroge : « ce qui nous inquiète c’est que ces gaz sont partis dans l’atmosphère le 19 octobre et que le communiqué de la centrale a été fait 5 jours après ! ». De son côté, la CRIRAD, l’association qui milite pour une recherche et une information indépendantes sur la radioactivité, s’étonne du peu d’informations données à la population. Six jours après, celle-ci ne sait toujours pas quelle quantité exacte de gaz radioactifs a été rejetée et doit se contenter du simple communiqué publié lundi par EDF. « Sortir du nucléaire » dénonce également « une inacceptable dissimulation des informations par EDF » . »Quels ont été les gaz radioactifs rejetés ? » demande le réseau dans un communiqué, « selon leur nature, les impacts sur l’environnement et la santé peuvent être très différents » et « de quel(s) dysfonctionnement(s) cet important rejet radioactif est-il le symptôme ? S’agit-il d’une erreur humaine de manipulation ? D’un mauvais fonctionnement du matériel lié à un entretien insuffisant ? D’une défaillance des équipements ? »

UN INCIDENT SIGNIFICATIF
Selon l’ASN, « c’est un type d’évènement assez rare », Paul Bougon précise même que dans le passé, « un seul évènement de ce type s’est produit sur le parc nucléaire en France ». Et il ajoute : « c’est un évènement que nous considérons comme significatif. C’est la raison pour laquelle nous demandons à l’exploitant d’abord à court terme de nous fournir des garanties avant la prochaine mise en service de ce type de matériel pour s’assurer que l’évènement ne se répète pas et à moyen terme d’effectuer une analyse des causes profondes de cette évènement, organisationnelles ou techniques et d’en tirer les enseignements adaptés ».

 

source : France 3 sud

Article précédentArticle suivant