Commerces sur Montauban une vague de Fermetures

 

 Commerces sur Montauban une vague de Fermetures

 

À louer»,«bail à céder» : ces affiches se multiplient dans les devantures des magasins du centre ville de la cité. Depuis quelques mois, on constate un mécontentement quasi général des commerçants, dont certains ont fait le choix de quitter le centre ville, trop contraignant à leurs goûts.

Rien de tel qu’une balade en centre ville pour se rendre compte de la désertion de plusieurs emplacements par leurs locataires ou propriétaires quelques mois plus tôt. Une question vient alors naturellement à l’esprit, pourquoi? Pour y répondre, il suffit de se lancer dans un bal des commerçants où chaque danse permettra de mesurer le climat ambiant des rues de Montauban.

Des commerçants en difficulté Certains commerçants en ont marre et on le sent. Ils déplorent une baisse de la fréquentation du centre ville que l’on peut d’ailleurs remarquer à l’oeil nu. Pour le constater par soi-même il faut s’y rendre, mais pour s’y rendre il faut se garer. Or là est tout le problème.

Les gens ne savent plus où poser leurs voitures. Les places gratuites sont de plus en plus rares et généralement occupées dès 8h30 le matin, et ceci au profit des horodateurs dont le nombre ne cesse d’augmenter. «Il faut qu’on paye pour venir travailler!» s’exclame Joaquine Marques, propriétaire du bar tabac «Le Lacaze », avant de rajouter, « il ne faut pas s’étonner après, je suis bien placé pour le dire puisque je vends les timbres pour payer les amendes de stationnement.

Si rien n’est fait pour attirer les gens au centre ville aussi». Pourtant lorsque nous exposons le problème à Patrice Alozy, en charge de l’économie et de l’emploi à la mairie, celui-ci illustre à l’aide de chiffres que, certes des magasins ferment, mais en parallèle d’autres ouvrent leurs portes. Ainsi depuis le 1er janvier 2012, on a pu constater la suppression de 27 magasins, contre 21 créations en centre ville selon les chiffres fournis par la CCI 82. La balance reste donc tout de même négative.

En ce qui concerne les places payantes, l’adjoint à la mairie argumente «une rotation des véhicules multipliée par trois » depuis que les horodateurs sont en place. En d’autres termes et toujours selon M. Alozy, il est désormais plus simple de trouver une place payante en centre- ville que lorsque la majorité était gratuite, question de temps et d’argent… Influence de la Géant Casino Un autre problème est alors soulevé : la zone industrielle. Celle-ci a un fort impact sur la fréquentation de la bastide, c’est incontestable.

Forcément elle en a tous les avantages sans les inconvénients. En effet tout est à disposition et les places de parkings sont… gratuites ! Alors pourquoi s’embêter au centre. Seulement cela pose un sérieux problème à ses commerçants qui en pâtissent inévitablement.

 

Christine Descotes, propriétaire de l’institut « Le grain de beauté» nous raconte alors qu’un représentant de la grande surface «Géant Casino»est venu lui rendre visite, dans l’optique de la démarcher afin qu’elle s’installe dans leurs locaux en zone industrielle à Albasud. Ainsi, certains commerçants souhaiteraient que des mesures soient prises par la municipalité afin de redynamiser le centre.

Ajouté à cela la conjoncture économique jugée défavorable qui continue de faire parler d’elle : les gens achètent toujours mais en plus faible quantité et à moindre fréquence que cela ne pouvait l’être auparavant. Les commerçants ont donc connu des jours plus heureux, bien que beaucoup continuent de bien se porter.

 

Clément Hebra

 

Article précédentArticle suivant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close