Coronavirus : quel impact a le confinement sur la qualité de l’air ?



Carte de la région Occitanie lors d’un épisode de pollution aux particules en décembre 2019. Atmo Occitanie

Depuis le premier jour du confinement, la circulation a disparu en Occitanie. Une situation inédite qui a totalement transformé la qualité de l’air. L’association en charge de cette question pour notre région, l’Atmo Occitanie, vient de rendre ses premières analyses.

Il suffit d’aller sur le site d’Atmo Occitanie et d’observer la carte de la région pour faire un premier constat : tous les voyants sont au vert. La qualité de l’air en Occitanie est bonne.

Les premiers effets visibles du confinement. La disparition de la circulation routière et la baisse de l’activité économique, depuis le mardi 17 mars, ont eu un premier impact visible sur la concentration de dioxyde d’azote présent dans l’air. « A proximité du trafic routier, on observe une diminution des concentrations de dioxyde d’azote à partir de la mise en place des premières mesures de confinement mardi, observe l’Atmo dans son analyseCette diminution se poursuit au cours de la semaine avec une baisse de près de 70% des concentrations de NO2 le weekend. »

Des particules stables

En revanche, le taux de particule présente une particularité : « L’impact du confinement, que ce soit sur les concentrations en particules en suspension (PM10) ou sur les concentrations en particules fines (PM2,5) n’est pas visible sur cette première semaine » détaille l’Atmo Occitanie.

« C’est cohérent, précise Dominique Tilak. Malgré la baisse d’activité, les dispositifs de chauffage, l’écobuage, la formation de particules dans le cadre de réactions chimiques entre différents gaz continuent. Le trafic routier n’est pas ici la seule source de formation de particules. »

Point zéro

L’association va continuer ses observations afin de constater si oui ou non, ces taux de particules vont diminuer au fil des semaines.

Malgré le contexte de crise provoqué par l’épidémie de coronavirus, la situation actuelle est une chance pour la directrice générale d’Atmo Occitanie :  » Ce confinement nous offre un point zéro pour la suite de nos études et va nous permettre d’analyser le redémarrage de l’activité et ses conséquences sur la qualité de l’air. »

source : France 3

Article précédent