Covid-19 : un 7e décès à l’hôpital de Montauban


Jusqu’alors relativement épargné par le Covid-19, le département est dans une situation plus précaire depuis une quinzaine de jours. Dans la nuit de dimanche à lundi, un homme de 76 ans, hospitalisé au centre hospitalier de Montauban depuis le 15 juillet dernier, est décédé des suites de la maladie. C’est le septième décès recensé dans le département depuis mars, sachant que le dernier remontait au 5 juin.

De neuf cas enregistrés par semaine aux environs du 14 juillet, on est passé à 25 la semaine suivante et la tendance reste à la hausse début août. De fait, le département présente un taux de positivité supérieur à la moyenne nationale de 1,7 contre 1,5. « La situation évolue défavorablement, reconnaît-on à la Préfecture. Nous faisons partie des quatre départements les plus touchés d’Occitanie derrière la Haute-Garonne, le Gard et l’Hérault et nous sommes à la limite de passer du jaune à l’orange. »

Le virus se développe au sud

Fait nouveau par rapport aux constatations du printemps, le virus circule partout dans le département alors qu’il se concentrait jusqu’alors sur des secteurs comme Saint-Etienne-de-Tulmont et Négrepelisse notamment. « Des signaux d’alerte indiquent que le virus se développe sur la partie sud de Montauban, reprend Bernard Burckel, le directeur de cabinet du Préfet. On a constaté plusieurs cas à Montauban, mais aussi à Campsas, Saint-Sardos, Verdun-sur-Garonne…, des zones limitrophes de la Haute-Garonne, encore plus impactée. Enfin, on ne ressort pas de la norme nationale, les plus touchés sont les jeunes de 20 à 30 ans et la principale cause de propagation reste la diffusion familiale. »

Pour l’heure, on ne parle pas de rendre le masque, obligatoire sur la voie publique, mais le Préfet avisera en fonction des bilans à venir.

Trois maires ont à ce jour pris des arrêtés pour décréter le port du masque obligatoire sur les marchés et vide-greniers à Moissac, Negrepelisse et Saint-Antonin et d’autres devraient suivre.

Pas de panique pour autant, le département est épargné par les clusters, il n’y a plus aucun patient en réanimation (quatre personnes sont encore hospitalisées) et il fait l’objet d’une « surveillance modérée ».

Ce qui n’empêche pas de rappeler les principales mesures de précaution : les fameux gestes barrières à privilégier et le port du masque.

source : la dépêche

Article précédentArticle suivant