Des conseils pour renforcer l’isolation de vos portes et fenêtres

solation des vitres et fenêtres

 

Bien isoler une porte

On peut vouloir isoler une porte d’entrée pour de multiples raisons : isolation thermique d’une vielle porte qui laisse passer l’air froid, isolation phonique d’une porte qui ne filtre pas des nuisances sonores extérieures. C’est souvent le cas dans les logements collectifs, on souhaite limiter les bruits de pallier et se créer un peu d’intimité.

L’isolation thermique de l’entrée

Vous trouvez que votre porte n’isole pas ou plus du froid extérieur, qu’elle est à l’origine de courant d’air désagréable dans votre habitat ? Si elle ne remplit plus son rôle, il existe des solutions pour pallier ces désagréments avant d’entamer un véritable changement de porte. C’est d’autant plus vrai qu’il n’est pas toujours possible de le faire, notamment sur des vielles demeures ou l’on souhaite garder un caractère prestigieux, une histoire.

Le plus simple et le moins cher pour empêcher l’air froid (ou chaud d’ailleurs) de rentrer dans la maison est d’installer des éléments permettant de bloquer et limiter les appels d’air. Si le jour entre la porte et le sol est important, il est possible de fixer à même la porte un boudin en tissus. Dans le même esprit, il est possible de fixer un support permettant d’ajuster un rideau épais derrière la porte. Ce type de système est très pratique puisqu’il suit parfaitement le mouvement d’ouverture / fermeture de la porte sans que le rideau se coince. Le coût est modéré puisqu’il vous faudra compter environ 40 euros pour le kit que l’on trouve dans tout bon magasin de bricolage qui se respecte. Ajoutez à cela le prix du doublage de rideaux, qui peuvent varier selon la qualité et l’aspect. Ce type de montage permet aussi d’isoler phoniquement votre porte, ce qui est toujours bon à prendre.

Autre solution possible, venir coller un isolant directement sur la porte, comme par exemple du liège que l’on peut trouver en rouleau. Attention toutefois, selon la qualité et l’épaisseur du liège, le prix au mètre carré peut vite grimper. L’avantage du liège, c’est qu’il est insensible à l’humidité. Vous ne risquez donc pas de dégrader votre isolant. Il faudra cependant peut être coupler cette technique avec la technique présentée ci-dessus pour assurer une bonne étanchéité à l’air de l’ensemble.

L’air froid que l’on peut ressentir depuis une porte est souvent à l’origine de jour autour de la porte, de joints défaillants et usés. C’est le cas de porte qui ont plusieurs années d’existence. Ce n’est pas une fatalité et il est possible de refaire à neuf les ajustements. Vous pouvez pour cela vous appuyer sur différents matériaux. De la mousse polyuréthane à injecter pour combler les écarts d’ajustement, voire même des joints prêts à poser autofixants, disponibles en rouleau sous différentes épaisseurs.

Enfin dernière solution nécessitant quelques connaissances élémentaires en bricolage et en menuiserie : la création d’un sas d’entrée. Cette solution consiste à créer un espace cloisonné avant la porte d’entrée et en y intégrant une porte. Cela permet de rajouter une étape avant d’entrer dans l’habitat, de limiter les courants d’air et donc de conserver la chaleur. Enfin, si aucune de ces solutions n’est envisageable, il faudra alors intégralement refaire la porte avec du matériel neuf. Cela permet d’obtenir une porte d’entrée parfaitement étanche.

 Les produits pour bien isoler une porte :

tesa Calfeutrer Bas de porte sol rég mousse PVC blanc 1m x 38mm x 20mm

Tesa 05418-00002 Calfeutrer dessous Double Bourrelet BP mousse PVC 0.95 M x 25 mm pour espace jusqu’à 22 mm

tesa Calfeutrer Bas de porte sol rég Plastique Brosse 1m x 37mm x 12mm

Rideau de porte Surpass Winter avec isolation thermique

Genius Ideas R 024957

 Comment renforcer l’isolation d’une fenêtre?

Une fenêtre peut être isolée de plusieurs manières. Vous pouvez adopter la solution radicale qui consiste à installer un double-vitrage, quitte à changer de fenêtres, mais vous pouvez aussi opter pour des solutions plus simples, telles que les joints ou les isolants plastiques. Ce qu’il faut bien garder en tête, c’est que l’isolation d’une fenêtre se joue aussi bien au niveau du cadre qu’au niveau des vitres.

Isoler en posant un joint sur les contours de la fenêtre

Si vous disposez d’un petit budget ou que vous ne voulez pas changer de fenêtres pour des raisons esthétiques ou autres, alors le joint est la meilleure solution. Son isolation n’est pas optimale, mais il présente l’avantage de diminuer fortement les fuites d’air autour du cadre de la fenêtre. Il existe plusieurs sortes de joints, avec un aspect, une facilité de pose, une longévité et un coût différents.

Mais faites attention à laisser un côté du cadre de la fenêtre non isolé, car il est nécessaire et sain de maintenir une aération naturelle dans votre habitation. Sinon, il y aura systématiquement de la condensation sur vos fenêtres en hiver, et la seule solution sera d’aérer 10 minutes par jour vos pièces.

  • Le joint en mousse ou en caoutchouc : vous trouverez en dessous de l’article ces joints en mousse, d’environ 2 cm d’épaisseur, qui présentent le plus souvent une surface adhésive. Il vous suffit donc de dérouler le joint tout le long de l’ouverture de la fenêtre. Mais attention :
    • il ne faut pas tirer dessus lors de la pose
    • il faut veiller à ce que les rebords soient prêts à être adhésifs, c’est-à-dire propres, secs et sans peinture écaillée ou surface peu adhésive
    • il faut couper le joint à chaque angle, et recommencer la pose avec un nouveau bout
    • ce joint a une durée de vie assez courte ; il vous faudra le remplacer tous les deux ans environ.
  • Le joint en silicone : en projetant du silicone par un pistolet ou avec une poire, puis en posant un film plastique dessus et en fermant immédiatement la fenêtre. Ensuite, raclez le silicone qui dépasse. Ainsi, vous donnez au silicone la forme de la fenêtre, ce qui assure une étanchéité sur mesure ! Ce joint tient longtemps, mais n’est pas très esthétique.
  • Le joint métallique : ce joint est le plus durable. Il s’agit de fixer sur tout le cadre de la fenêtre une bande métallique souple. Cela implique de découper et de clouer les bandes métalliques tout le long de la fenêtre. Le coût est assez élevé, et un haut niveau de bricolage est requis. Mais l’isolation thermique et sonore est optimale, pour une longue durée.

Les produits pour renforcer l’isolation d’une fenêtre :

tesa Calfeutrer Film de survitrage thermo Cover transparent 4m x 1,50m

tesa Calfeutrer Bourrelet caoutchouc profil D 6m x 9mm x 8mm

Rideaux Occultants Thermiques à Oeillets – Aquazolax Paire de Rideau Solid Unicolore en Draperie Occultant avec 6 Oeillets,

Isolant Thermique Phonique pour Cabinet de Travail, L 106 cm× H 213 cm, Gris, 2 Panneaux

  • Isoler en posant une nouvelle fenêtre à double-vitrage

    L’isolation que l’Etat recommande pour les fenêtres, c’est assurément le double-vitrage. Comment en être sûr ? En constatant que ces travaux bénéficient d’un crédit d’impôt de 15% (données à vérifier pour chaque année fiscale). Vérifiez que les fenêtres que vous achetez en bénéficient.

    Mais cette opération est coûteuse, doit être réalisée par un professionnel, et modifie l’aspect de vos fenêtres. Elle est à exclure lorsque l’on est locataire, dans la plupart des cas.

    Quel est le principe ? Il s’agit de retirer la fenêtre du mur, et de remplacer tout aussi bien son cadre que les vitres et le châssis. Il faut donc anticiper un changement total. Ensuite, votre artisan posera une fenêtre nouvelle, dont le principe est d’être équipé d’un double-vitrage. Ce double-vitrage isole entre les deux vitres de l’air (sur 1 cm maximum), qui est même parfois du gaz injecté. Cet air immobile entre les deux vitres joue un rôle d’isolant très efficace. Bien sûr, l’épaisseur des deux vitres joue un peu pour renforcer l’isolation, mais pas tant que cela.

    La matière de la fenêtre aura tout intérêt à être en aluminium alvéolé ou en bois si votre région est souvent prise par de grands froids, sinon tout type de matériaux conviendra.

    Isoler en renforçant la vitre déjà existante : le survitrage

    Si vous reculez devant les frais nécessaires pour réaliser un nouveau double-vitrage, rassurez-vous : vous pouvez toujours isoler votre fenêtre grâce à cette technique sans pour autant vous ruiner.

    En effet, bon nombre d’artisans proposent de poser une nouvelle épaisseur de vitre en la fixant sur la fenêtre déjà existante. C’est une solution très intéressante, mais il faut être certain que la fenêtre ancienne ne va pas se déformer sous le poids de la nouvelle structure.

    Comme pour le double-vitrage neuf, l’air entre les deux vitrages ne doit pas être compris dans un espace supérieur à 1cm, car sinon l’air ne pourra pas jouer son rôle isolant. Ce survitrage peut être démontable ou fixe.

    Une autre solution, encore plus économique, mais beaucoup moins esthétique, consiste à tendre un film plastique sur la fenêtre. De type plastique thermo-rétractable, celui-ci va se coller à la fenêtre et assurer une isolation un peu plus efficace. Mais ce système ne doit être utilisé qu’en cas d’urgence ou en prévision de travaux de rénovation à venir, car il ne dure pas longtemps à cause des UV et est finalement assez peu efficace.

    Isoler en fermant les rideaux, les volets et en posant des tapis de fenêtres

    Il ne faut pas oublier, pour finir, que l’isolation passe aussi par des réflexes élémentaires : ainsi, il faut que vous preniez l’habitude de fermer volets et rideaux dès qu’il ne fait plus jour. Ainsi, vous augmentez naturellement l’isolation de vos fenêtres.

    Mais prenez garde à ne pas recouvrir le radiateur qui se trouverait sous un rideau, car alors son chauffage serait inutile !

    Et si vous vous sentez une âme de couturière, pourquoi ne pas coudre des petits tapis de fenêtres, que vous posez sur le rebord de votre fenêtre pendant la journée : ainsi, vous bénéficiez de l’effet d’un rideau même pendant la journée !

    source 

Article précédentArticle suivant
Close