« Ferme ta gueule et pousse ! » : un gynécologue de Montauban jugé pour blessures involontaires

photo : illustration

Au-delà des insultes qui auraient été lancées pendant l’accouchement, il y a eu les blessures involontaires. Pour celles-ci, ce praticien de Montauban (Tarn-et-Garonne) encourt huit mois de prison avec sursis. Aujourd’hui, sa patiente ne peut plus avoir d’enfant.

Après huit années de procédures… délibéré le 2 juillet pour ce gynécologue obstétricien de Montauban (Tarn-et-Garonne). Pour avoir engendré des blessures involontaires lors de l’accouchement d’une de ses patientes, le praticien encourt une peine de huit mois de prison avec sursis ainsi que l’interdiction d’exercer sa profession. Au-delà de la peine requise par le magistrat et le ministère public, la partie civile réclame 20.000 euros de préjudice moral, rapporte le quotidien d’Occitanie La Dépêche.

« Attitude inadaptée » selon les termes des deux expertises 

En tirant sur le cordon ombilical, le médecin a provoqué une inversion utérine chez la patiente – deux expertises l’ont confirmé – et celle-ci a dû subir une hystérectomie totale (une ablation de l’utérus), après l’accouchement, pour stopper une hémorragie interne. La femme, qui accouchait à l’époque de son premier enfant, ne peut plus en avoir. Selon son avocate, elle a dû, à la suite de cette affaire, se séparer de son conjoint.

« Ferme ta gueule et pousse ! », se serait aussi exclamé le gynécologue de 54 ans, alors que la jeune femme était en plein travail. L’intéressé nie, il rappelle avoir « toujours respecté les protocoles » et n’avoir « jamais insulté ses patientes » en 25 ans de pratique et 10.000 accouchements. Mais joue contre lui sa réputation, celle d’être plutôt désagréable envers ses patientes. La présidente recadre le procès : l’homme est entendu pour blessures involontaires, et non pour son inamabilité.

Dans La Dépêche, l’avocat de l’accusé s’indigne : en huit ans, assure-t-il, son client n’a été interrogé qu’une seule fois au cours de l’instruction. Aussi, il n’a jamais assisté aux expertises médicales

source : MarieClaire

Article précédentArticle suivant