Le jeune homme de 20 ans, au casier judiciaire vierge, a été présenté en comparution immédiate devant le tribunal correctionnel de Montauban.

Photo DDM

Le conducteur de 20 ans, poursuivi pour avoir percuté volontairement un véhicule de police et blessé ses occupants dans la nuit de jeudi à vendredi à Montauban, comparaissait ce lundi 6 septembre devant le tribunal correctionnel de la cité d’Ingres.


Le jeune homme, au casier judiciaire vierge, a été condamné à une peine de douze mois d’emprisonnement, dont six mois assortis d’un sursis probatoire de deux ans, avec obligation de soins pour consommation d’alcool et de cannabis, de travailler, de réparer les dommages causés, ainsi que l’annulation de son permis jeune conducteur avec interdiction de le repasser sous six mois et une amende contraventionnelle à hauteur de 75 €. Compte tenu de son absence d’antécédent, le tribunal a décidé d’aménager la peine de prison ferme, sous la forme d’une détention à domicile avec bracelet électronique.



Il a surtout paniqué »

« Un avertissement », prévient la présidente : « Au moindre incident, le juge d’application des peines ne vous fera aucun cadeau et vous enverra directement en prison. » Dans le box des prévenus, le Montalbanais s’est confondu en excuses, peinant à justifier son geste. « Mon client a certes fait n’importe quoi, mais il a surtout paniqué », a défendu son avocate Me Lheureux.

Il est environ 2 h du matin quand lui et deux amis se retrouvent à l’épicerie de nuit, avenue Jean-Moulin, pour acheter à manger après une soirée bien arrosée (l’individu est contrôlé à 0,46 mg/l d’air expiré, soit près d’1 g/l de sang). Devant la supérette, le jeune homme tient des propos déplacés à l’encontre d’un groupe de filles et menace un homme, venu s’interposer, d’une batte de baseball récupérée dans la voiture. À l’arrivée des policiers, le Montalbanais tente de prendre la fuite à bord de la Citröen C3, avec ses deux passagers. Une première voiture de police se déporte pour tenter de lui barrer la route. Le conducteur l’évite et se retrouve sur la voie en sens inverse. Il percute alors un autre véhicule de police arrivant sur les lieux. « J’avais peur, je n’ai pas réfléchi, je ne savais plus quoi faire », justifie-t-il pour ensuite expliquer sa fuite à pied. Il sera interpellé quelques mètres plus loin.


« Je voulais juste rentrer chez moi »

À bord du véhicule de police embouti : quatre agents souffrent de diverses blessures au visage et aux mains, de brûlures aux jambes et de douleurs abdominales. « On ne peut pas juste considérer qu’il s’agit des risques du métier », plaide l’avocate de la partie civile. Le jeune homme assure ne pas avoir voulu percuter délibérément les policiers : « Je n’ai pas compris ce qu’ils voulaient, j’essayais juste de rentrer chez moi. »

Des explications « complètement alambiquées », pour le procureur Czernik, qui réclamait une peine plus lourde d’un an d’emprisonnement, dont huit mois ferme. S’agissant des intérêts civils, la délibération est renvoyée à une audience le 27 janvier.

source : la dépêche

Article précédentArticle suivant