Les gilets jaunes bloquent des dépôts de carburant : vers une pénurie d’essence ?

Photo illustration

La mobilisation des gilets jaunes se poursuit en ce début de semaine. Les manifestants ont une nouvelle cible : les dépôts pétroliers. Mais pour l’instant, il n’y a pas de quoi créer une panique dans les stations.

Le calme n’est pas revenu sur les routes ce lundi. Des gilets jaunes poursuivent les blocages un peu partout en France : barrages filtrants aux péages, ronds-points stratégiques paralysés, opération escargot sur des grands axes… Et ils ont désormais une nouvelle cible : les dépôts pétroliers. C’était peut-être par là qu’il aurait fallu commencer vu que le mouvement vient d’abord d’une protestation contre la hausse des prix à la pompe.

Pour l’instant, parmi les dépôts et raffineries impactés, il y aurait : Vern-sur-Seiche, non loin de Rennes (Ille-et-Vilaine), Frontignan (Hérault), Fos-sur-Mer (Bouches-du-Rhône) et Lespinasse, du côté de Toulouse (Haute-Garonne). Le site de La Palisse, au niveau de la Rochelle, aurait été débloqué par les gendarmes. Un barrage à Haulchin, près de Valenciennes, a aussi été débloqué ce matin.

On se pose alors la question : faut-il craindre dans les prochains jours une pénurie de carburant dans les stations ? Il est trop tôt pour le dire, car cela va dépendre de la mobilisation des gilets jaunes. Si ceux-ci maintiennent les blocages et l’étendent aux autres dépôts, la situation pourrait vite se dégrader dans les stations. Mais le gouvernement, qui a préféré calmer les esprits jusqu’à présent en faisant intervenir les forces de l’ordre a minima, ne devrait rester de marbre et vite faire dégager les accès.

Si pénurie il y a, elle serait, comme à chaque fois, créée d’abord par un afflux inhabituel d’automobilistes qui ont peur de manquer de carburant. Mais pas de panique, pour l’instant, il n’y a pas encore de raison de se précipiter pour faire le plein. En ce moment, il est même bon d’attendre, car les prix baissent chaque jour, grâce à une chute des cours du pétrole.

Bien sûr, nous allons suivre l’évolution de la situation.

Source : caracdisiac

Article précédentArticle suivant