MONTAUBAN LANCE UNE PÉTITION POUR SOUTENIR LA LGV BORDEAUX-TOULOUSE

Montauban a lancé ce lundi une pétition pour soutenir la ligne à grande vitesse entre Bordeaux et Toulouse. Les élus s’inquiètent d’un possible abandon du projet.

Après Toulouse, Montauban lance à son tour une pétition en faveur de la Ligne à grande vitesse (LGV) Bordeaux-Toulouse. Signe de l’inquiétude qui monte chez les élus de la région, cette nouvelle pétition incite les habitants à relancer le projet.

En 2016, le gouvernement avait signé la déclaration d’utilité publique qui devait donner le coup d’envoi d’une ligne entre Bordeaux et Toulouse à l’horizon 2024.

PROPOS CONTRADICTOIRES

Depuis, le doute s’est installé suite aux propos du président de la SNCF, Guillaume Pépy qui estimait que le tronçon Paris-Bordeaux qui ouvre au mois de juillet « sera le dernier pour le moment ».

« Pour autant, il y a encore un gouvernement et un Etat », dénonce Thierry Deville, premier vice-président du Grand Montauban et adjoint au maire de la Ville. Selon lui, avec la déclaration d’utilité signée, ce n’était plus « qu’une question de timing ».

« Aujourd’hui, nous sommes agacés. »
Thierry Deville, premier vice-président du Grand Montauban
17.500 signatures ont été récoltées par la pétition lancée par la ville de Toulouse et Montauban espère en faire autant. « C’est un dossier sur lequel on fait toujours un pas en avant, deux pas en arrière », critique Thierry Deville.

Pour l’élu du Grand Montauban, la question de la LGV est « déterminante pour l’avenir dans la grande région ». Cet été, Bordeaux sera à deux heures de Paris et Montpellier comme Marseille sont reliées par le TGV. « Que va devenir Toulouse, que va devenir le Grand Montauban« , s’interroge Thierry Deville.

MONTAUBAN-PARIS EN 2H40

Dans le Tarn-et-Garonne, une nouvelle gare doit d’ailleurs voir le jour, à Bressols. Une zone d’activités diverses est prévue autour de cette nouvelle infrastructure pour « éviter toutes spéculations », explique l’adjoint au maire de Montauban.

Pour Thierry Deville, « cette gare va donner une attractivité encore plus large qu’au seul Grand Montauban« . Des habitants de tout le département, mais aussi de Cahors et des alentours sont espérés au sein de la futur gare de la LGV.

Si tout se déroule comme prévu, Montauban doit être reliée à Paris en 2h40 d’ici 2024-2025.

 

source :Totem

Article précédentArticle suivant
Close