Montauban : les bars et les restaurants devront fermer plus tôt

pixabay



La ville de Montauban et la préfecture se renvoient la balle sur l’origine d’un arrêté qui est imminent. Les cafés, bars et restaurants de la ville vont devoir réduire leurs horaires d’ouverture. 

Le communiqué de presse, posté en début d’après-midi, par la ville pouvait laisser penser que Montauban subissait une décision du préfet, quant à la fermeture anticipée des bars et restaurants de nuit : « Les services de la ville de Montauban viennent d’apprendre que la préfecture de Tarn-et-Garonne est sur le point de prendre un arrêté préfectoral pour imposer une heure de fermeture maximale à 1 heure du matin (au lieu de 2 h jusqu’ici) aux établissements recevant du public (ERP), type restaurants, cafés, bar, salles de jeux… » 


« Cette décision s’imposera alors à la Ville, pouvait-on lire. Avec la même idée d’assurer le maintien du bon ordre dans le contexte de covid-19, la ville de Montauban vient de prendre arrêté municipal pour fixer les dérogations sonores de ces mêmes ERP et pour toute manifestation culturelle ou festive y compris sur l’espace public. Lors de la commission sécurité du 18 août, il a ainsi été décidé de limiter ces dérogations sonores à minuit maximum, compte tenu des nombreuses plaintes enregistrées pour tapage nocturne. »

Tapage nocturne et gestes barrières


Contacté, le préfet Pierre Besnard a rectifié l’enchaînement des faits : « Je ne conteste évidemment pas la légitimité de cette demande de la ville de Montauban. Car j’ai bien répondu à une demande de la ville et non l’inverse. Sur le fond, il ne s’agit pas de pénaliser les cafés et restaurants, mais de répondre à la forte hausse des tapages nocturnes. Il y a aussi un autre argument : à minuit, les gestes barrières sont parfois difficiles à assumer. J’en appelle d’ailleurs à la vigilance et à la responsabilité de chaque citoyen, martèle le préfet de Tarn-et-Garonne. 


Les établissements concernés, déjà lourdement impactés, vont donc devoir de nouveau s’adapter. Il est vrai que la situation est particulière. Comme nous le rapportions dans notre édition du 12 août, à Montauban, comme d’ailleurs dans le reste du département, les interventions pour tapage nocturne explosent. Le commissariat de police de la cité d’Ingres a ainsi relevé une augmentation de 200% entre le 11 mai, date du début du déconfinement, et le 31 juillet, comparé à la même période de 2019. Des interventions qui sont passées de 31 à 93 en 2020. Pour mémoire, l’amende pour tapage s’élève à 68 €. Elle est ramenée à 45 €, en payant dans les trois jours…

source la dépêche

Article précédentArticle suivant