Nouvelle polémique autour de l’augmentation du maire de Montauban

 

Nouvelle polémique autour de l'augmentation du maire de Montauban

 

 

 

Ce conseil municipal «de rentrée» ne restera pas dans les annales pour son ordre du jour…. Acquisition et cession de terrains, demandes de subventions, acquisition de matériel, modifications de tarifs municipaux… On a connu repas plus copieux.

Hier en mairie, les élus de l’opposition ont plus sûrement frôlé l’indigestion en découvrant le PV de séance du conseil du 2 août 2012 et notamment de la délibération n° 139/08/2012 intitulée «modification des indemnités des élus» assortie de la mention «adoption à l’unanimité»… Une «provocation» estime l’opposition qui a tenté en vain, hier soir, de faire retirer cette délibération du PV.

Une augmentation qui avait choqué l’opposition

Pour mémoire, cette délibération portait sur l’augmentation des indemnités de maire de Mme Barèges, passant ainsi de 1 400 euros à 3 700 euros net mensuels. «La défaite électorale du 17 juin dernier (N.D.L.R. : qui valut à la députée Barèges la perte de son mandat parlementaire et les indemnités afférantes) n’est bien sûr pas étrangère à ces redistributions», estimait alors Dominique Salomon (PRG) sous les regards goguenards de la majorité. Le ton était donné, les interventions de l’opposition ne laissant évidemment aucun doute sur la position de ses élus présents (ce 2 août, seuls Dominique Salomon et Jean Orliac -PS- siégeaient en séance) vis-à-vis de ce «coup de pouce» salarial. Ce jour-là, l’élue PRG poursuivait son intervention en rappelant que «déjà en 2001 la première mesure de Mme Barèges et de son équipe avait été d’augmenter substantiellement leurs indemnités. En ces temps difficiles… on comprend mieux pourquoi Mme Barèges a choisi le 2 août pour faire passer cette décision»…

Une bonne partie de la séance avait alors été monopolisée par cette délibération jugée «scandaleuse» par les élus de gauche.

«Comment pouvez-vous à ce point dénaturer nos intentions ?»

Hier, cette opposition a donc réclamé des comptes au maire sur ce PV les transformant en supporters enthousiastes d’une délibération qu’ils venaient de combattre ardemment. «Comment pouvez-vous à ce point dénaturer nos propos et nos intentions ?», questionna Dominique Salomon, «vous prétendez que cette délibération a été votée à l’unanimité. Je prétends moi que ni vous ni nous n’avons pu la voter car vous avez tout simplement omis de la mettre aux voix»… Et l’élue PRG d’annoncer qu’elle avait saisi le préfet sur cette question avant de demander à Mme Barèges de retirer cette délibération «qui est nulle et ne peut être exécutoire et vous invite à la réinscrire à un prochain ordre du jour». Jean Orliac intervenait dans le même sens, martelant que «cette façon de faire était inadmissible»… Après avoir mis en garde ces deux élus sur les risques diffamatoires de leurs propos, Mme Barèges soutenait que cette délibération avait bel et bien été soumise au vote : «Je suis formelle. Les mains ne se sont pas levées. Ce vote a été fait de façon régulière. On ne peut donc le retirer»… Une fonctionnaire municipale appelée à la rescousse confirma le silence des élus de l’opposition lors de ce vote. La préposée à la vidéo aurait pu être utile pour trancher ce différend mais visiblement son objectif ne quitte pas le banc du maire et des adjoints.

Cette fin de non-recevoir amena les élus de l’opposition à quitter aussitôt la salle… avec le sentiment de s’être fait confisquer leur vote…

 

 

La Depeche: Pierre Mazille

Article précédentArticle suivant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *