Sécheresse : Le Tarn-et-Garonne en Alerte « crise »

pixabay

Des mesures de restrictions d’eau ont été prises dans quatre départements de la région, qui sont en alerte « crise », c’est-à-dire que les prélèvements non prioritaires y compris à des fins agricoles sont interdits : le Lot, le Tarn, le Tarn-et-Garonne et le Gers selon la dépêche du midi .

Il existe trois niveaux de restriction d’eau : l’alerte de niveau 1, l’alerte renforcée et le niveau crise. Depuis vendredi soir, 13 départements métropolitains sont concernés par cette alerte « crise », dont quatre dans la région : le Lot, le Tarn, le Tarn-et-Garonne et le Gers. Dans ces départements, à partir de samedi, les prélèvements sont interdits totalement ou partiellement dans les cours d’eau pour les agriculteurs, particuliers, industriels et collectivités territoriales. 

Outre  le Lot, le Tarn, le Tarn-et-Garonne et le Gers, en alerte crise, cinq autres départements sont concernés en Occitanne. L’Aude, les Pyrénées-Orientales et le Gard sont en alerte renforcée et l’Hérault est en alerte. Le Lot-et-Garonne est lui aussi en alerte renforcée.

Voici à quoi correspondent les niveaux de restriction d’eau : 

Vigilance : Information et incitation des particuliers et des professionnels à faire des économies d’eau

Alerte : Réduction des prélèvements à des fins agricoles inférieure à 50% (ou interdiction jusqu’à 3 jours par semaine), mesures d’interdiction de manœuvre de vanne, d’activité nautique, interdiction à certaines heures d’arroser les jardins, espaces verts, golfs, de laver sa voiture, …

Alerte renforcée : Réduction des prélèvements à des fins agricoles supérieure ou égale à 50% (ou interdiction supérieure ou égale à 3,5 jours par semaine), limitation plus forte des prélèvements pour l’arrosage des jardins, espaces verts, golfs, lavage des voitures, …, jusqu’à l’interdiction de certains prélèvements

Crise : Arrêt des prélèvements non prioritaires y compris des prélèvements à des fins agricoles. Seuls les prélèvements permettant d’assurer l’exercice des usages prioritaires sont autorisés (santé, sécurité civile, eau potable, salubrité)

source : ladepeche

Article précédent