Tarn-et-Garonne : Comment se protéger du coronavirus ?

Photo illustration

Les autorités sanitaires se préparent à une éventuelle épidémie de coronavirus en France. Hygiène, lavage des mains, port du masque, confinement… Le point sur les bons gestes à adopter pour se protéger et éviter la propagation de la maladie. 

Si la France ne fait, pour le moment, pas partie des zones de circulations actives du coronavirus, la flambée de l’épidémie en Italie – pays frontalier de la France – et l’annonce d’un nouveau décès en France, inquiètent et agitent la population. Les autorités françaises appellent à la vigilance. « La protection du coronavirus passe avant toute chose par l’attitude des personnes qui reviennent d’un séjour dans les zones à risque. Ce sont elles qui portent la première partie de l’exposition« , rappelle d’emblée le Dr Pierre Parneix, hygiéniste et médecin de santé publique. Alors quelle est la conduite à tenir pour se protéger efficacement du coronavirus  ? Nos conseils.

Que faire au retour d’une zone à risque ?

Actuellement, les zones à risque sont, selon le Ministère des Solidarités et de la Santé :

  • la Chine (Chine continentale, Hong Kong, Macao),
  • Singapour,
  • la Corée du Sud,
  • l’Italie (particulièrement les régions de Lombardie et de Vénétie).
  • l’Iran

Dans un communiqué, le ministère des Solidarités et de la Santé informe des gestes à suivre impérativement au retour et dans les 14 jours suivant un séjour dans une zone où circule activement le virus :

  • La surveillance deux fois par jour de la température (deux fois),
  • La surveillance de l’apparition de symptômes respiratoires (toux, difficultés à respirer…)
  • Le port d’un masque en cas de contact avec d’autres personnes,
  • L’éviction de fréquenter des lieux où se trouvent des personnes fragiles (hôpitaux, maternités, structures d’hébergement pour personnes âgées…)
  • L’éviction de toutes sorties dans des lieux publics, particulièrement les grands rassemblements, les restaurants, le cinéma…
  • Travailleurs/étudiants : le télétravail (dès qu’il est possible) font notamment partie des mesures à prendre lorsqu’on revient d’une zone épidémique.

Si vous ne revenez pas d’une zone à risque, les mesures de protection du coronavirus sont en tous points semblables à celles du virus de la grippe saisonnière, dont les symptômes et la contagiosité sont similaires

Mesures préventives : quels gestes adapter au quotidien pour éviter la propagation du virus ?

Se laver les mains régulièrement est la mesure préventive n°1

« Les deux choses sur lesquelles il est primordial d’insister sont : l’hygiène des mains et l’éviction des personnes visiblement malades » résume le Dr Pierre Parneix. Deux mesures simples et de bon sens qui permettraient de limiter grandement la propagation du virus.

L’OMS recommande ainsi d’adopter un certain nombre de « gestes barrières » :

  • Se laver les mains fréquemment et correctement : « Bien se laver les mains (avec du savon et de l’eau) minimise risque d’être contaminer après avoir toucher une surface qui a été préalablement contaminée par une personne malade, puis de se toucher le visage, la bouche ou les yeux« , explique le Dr Parneix. Le 26 février 2020, lors d’un point presse, le ministre de la Santé a recommandé de se laver les mains toutes les heures et obligatoirement après une sortie à l’extérieur et tout contact rapproché avec une personne malade. 
  • Avoir du gel antibactérien sur soi : dans la mesure où il n’est pas toujours possible de trouver un point d’eau et du savon en sortant d’un lieu public, le médecin invite à avoir toujours sur soi une solution hydro-alcoolique.
  • Maintenir une distance « sociale » : « Dès que possible, il faut observer une distance de sécurité d’un mètre entre soi et une personne qui tousse ou qui éternue. C’est la distance qui permet de ne pas être touché par les gouttelettes du nez ou de la bouche susceptibles de contenir le virus » insiste notre interlocuteur. Lorsque l’endroit est confiné et qu’il n’est pas possible de respecter cette distance, le spécialiste recommande de « tourner le dos à la personne malade, afin que les sécrétions aient moins de risque de toucher le visage« .
  • Éviter de se toucher la bouche, le nez et les yeux : nez, yeux et bouches sont autant de « portes d’entrées » possibles au virus. En période d’épidémie, il est préférable d’éviter au maximum de se toucher le visage avec les mains, potentiellement contaminées.
  • Pratiquer une bonne hygiène respiratoire : dans le doute que nous soyons nous-même porteur du virus : tousser et éternuer dans le pli de son coude ou dans un mouchoir qui sera immédiatement jeté, limite une potentielle exposition de virus à notre entourage.

Faut-il porter un masque ?

Un masque n’est ni lavable ni réutilisable.

Selon le Dr Parneix, « le port du masque dans la population générale ne se révèle pas particulièrement efficace car il n’est souvent pas utilisé correctement. Le masque aurait finalement plutôt tendance à procurer un « faux sentiment » de sécurité, faisant baisser la vigilance de celui qui le porte« . A l’heure actuelle, le port du masque ne se justifie pas pour les personnes en bonne santé, qui ne reviennent pas d’une région à risque et qui ne sont pas en contact avec des personnes malades. En revanche, il peut être utile pour une personne exposée à un risque de contamination. A condition toutefois d’être correctement utilisé :

  • Le masque a une durée de vie de 3 heures et doit être jeté dès le retour à la maison, car il peut à tout moment avoir été contaminé par une personne extérieure.
  • Le masque est à usage unique et n’est en aucun cas lavable ou réutilisable
  • Le masque doit être par ailleurs adapté à la taille du visage et doit être bien positionné (le côté rembourré de la barrette nasale doit être placé sur la bosse du nez pour bien protéger le nez).

Sources

  • Who.int (site de l’Organisation mondiale de la Santé) : Director-General’s opening remarks at the media briefing on COVID-19 – 24 February 2020
  • Conseils pour le public : quand et comment utiliser un masque
  • Informations aux voyageurs, coronavirus, Ministère des Solidarités et de la Santé

Article précédentArticle suivant