Tarn-et-Garonne : le père s’endort au volant, un bébé de 6 mois et son frère de 9 ans décèdent

Illustration. — Beatrice Colin

Deux des trois enfants grièvement blessés dans une sortie de route à Castelsarrasin samedi 4 juillet à 0 h 45, sont décédés dimanche 5 juillet à Toulouse-Purpan. Le père, 38 ans, qui était au volant, s’est endormi. Une enquête est en cours pour déterminer les circonstances qui ont mené à cette tragédie familiale. 


Quarante-huit heures après un accident de la route survenu dans la nuit de vendredi 3 au samedi 4 juillet, route de Lafrançaise à Castelsarrasin dans le Tarn-et-Garonne, le bilan est terrible. Deux des trois enfants qui ont été désincarcérés de l’épave par les pompiers et héliportés aux urgences de l’hôpital de Toulouse-Purpan dans la nuit, sont décédés dimanche 5 juillet dans la soirée. Gabriel, un nourrisson de six mois, et son demi-frère Mathéo âgé de 9 ans. Leur frère de 12 ans ainsi que la mère du bébé âgée de 33 ans, grièvement blessée au bassin ainsi qu’aux côtes, demeurent toujours hospitalisés.


Même son de cloche du côté de l’association des Amis de la compagnie Marceau-Faure regroupant notamment les anciens soldats du feu de la commune. « Nous allons mettre en place une cagnotte pour aider Nicolas et sa famille », indique l’ancien chef de centre, le lieutenant-colonel honoraire Bernard Chauderon, proche de la famille. De leur côté, les hommes du commandant Christian Guilhaumon, chef adjoint de la circonscription de police, poursuivent leurs investigations. À cette heure, ils n’ont toujours pas auditionné le conducteur dont on imagine l’état de détresse psychologique.


Le conducteur se serait endormi au volant

Selon la dépêche du midi,le couple et les trois enfants revenaient de Montauban d’un repas chez des amis. En quittant les lieux pour regagner leur domicile, c’est d’abord la mère du nourrisson qui conduit. Arrivée à Labastide-du-Temple, la trentenaire sent des signes d’endormissement. Elle demande alors à son compagnon déjà assoupi dans le véhicule de prendre le relais pour finir le trajet jusqu’à Castelsarrasin. Ils n’y arriveront jamais.

C'est contre cette buse en béton de la route de Lafrançaise à Castelsarrasin que le drame s'est produit.
C’est contre cette buse en béton de la route de Lafrançaise à Castelsarrasin que le drame s’est produit. – Photo DDM – M.L. 

Cinq kilomètres plus loin sur la D 45, Nicolas au volant d’un puissant 4X4 Isuzu, se serait endormi au volant. Peu après le centre d’instruction élémentaire de la conduite (CIEC) de l’armée dans une ligne droite, il a viré sur la voie de gauche. Le véhicule s’écrase dans une buse en béton provoquant l’arrêt brutal et immédiat du véhicule. Le choc est terrible au point de sortir de leur sommeil les riverains. À leur arrivée, le 4×4 a littéralement arraché une partie du ponceau. Lundi 6 juillet, le procureur de la République de Montauban, Laurent Czernik, attendait le retour des auditions des victimes hospitalisées pour déterminer les suites pénales à cette affaire ainsi que le prélèvement sanguin du père de famille.

Sur les routes du Tarn-et-Garonne, neuf morts durant le premier semestre 2020

Avec ce drame familial à Castelsarrasin, les vacances d’été débutent de la plus mauvaise des manières sur les routes du Tarn-et-Garonne. Des axes de circulation qui, malgré le confinement, ont été le théâtre de plusieurs accidents mortels. Au total, sept personnes ont perdu la vie entre le 1er janvier et le 30 juin sur nos routes. Le premier de l’année a été constaté le 5 janvier à Montbartier. Un deuxième a été comptabilisé un mois plus tard à Montauban. Mais tout s’est malheureusement accéléré depuis le déconfinement le 11 mai dernier. Au total, quatre personnes ont été tuées dans des accidents corporels entre cette date et jusqu’à la fin du mois dernier. L’accident survenu à Grisolles, où un éboueur a été tué, est considéré comme un accident du travail et non de la route.

Huit accidents corporels ont conduit à neuf décès durant les six premiers mois de 2020 en Tarn-et-Garonne.
Huit accidents corporels ont conduit à neuf décès durant les six premiers mois de 2020 en Tarn-et-Garonne. – DDM – ILLUSTRATION 

Des accidents mortels que voulaient pourtant freiner les forces de l’ordre, faisant une véritable démonstration de force vendredi dernier, en multipliant les contrôles. Sans réel succès lorsque l’on tire le bilan de ce week-end. Sur les neuf décès enregistrés, quatre ont été comptabilisés en zone gendarmerie et cinq en zone police. C’est un total équivalent à celui des deux années précédentes.

source : la dépêche

Article précédentArticle suivant