Tarn-et-Garonne : Nouvelle tentative d’enlèvement d’une ado de 14 ans

 

Photo illustration

 

 

Une adolescente de quatorze ans a échappé de peu à une tentative d’enlèvement, ce mardi soir. Il était aux environs de 19 h 30 dans le secteur de la résidence La Villageoise à Mas-Grenier lorsqu’un homme stationnant sur le trottoir avec son véhicule, warnings allumés, interpelle la jeune fille qui rentre chez elle.

L’individu qui a un fort accent lui pose une question dans sa langue. Elle fait mine de ne pas comprendre, et décide de le contourner pour poursuivre sa route jusqu’à son domicile. Profitant de ce court instant, l’individu lui saisit le poignet d’une main et de l’autre ouvre son automobile pour la contraindre à y monter. Surprise, l’adolescente se débat. Elle parvient, in extremis, à lui échapper et court se réfugier chez elle.

Alertés, les gendarmes de la communauté de brigades (COB) de Montech quadrillent rapidement le secteur avec le renfort des militaires du PSIG de Montauban. « D’importants moyens ont été mis en œuvre encore ce mercredi après-midi pour retrouver le véhicule », indique la vice-procureur Véronique Benlafquih. Une automobile, pour l’heure, qui n’a pas été retrouvée et demeure le principal indice de cette affaire.

« Une affaire prise très au sérieux » par le parquet

Très choquée, l’adolescente n’a pas pu donner d’éléments suffisants sur celui qui a tenté de la kidnapper pour permettre aux enquêteurs de dresser un portrait-robot.

Selon la dépêche  il s’agit d’un quinquagénaire, chauve, et s’exprimant en espagnol ou en portugais. L’affaire n’en est pas moins « prise très au sérieux », certifie la magistrate du parquet. Et d’insister: « Sa description des faits est très cohérente, il y a tout lieu de la croire ».

Plus en tout cas que les plaintes déposées cet hiver qui ont mis en émoi trois fillettes à Montbeton, Moissac et à Montech (le 1er décembre 2017). Des dossiers demeurés, à cette heure, sans suite et ayant contraint à l’époque la procureure de la République de Montauban à réclamer de la modération face à l’emballement suscité sur les réseaux sociaux.

source : la dépêche

Article précédent