Tarn-et-Garonne : un chat blessé par balle

 

 

Les faits se sont déroulés dans la nuit du 5 au 6 juin dernier entre 22 heures et 6 heures, sur la commune de Bessens, au lieu-dit Lapeyrière. Un jeune chat criblé de plombs. Une plainte a été déposée par la propriétaire de l’animal le 8 juin suivant auprès de la gendarmerie de Grisolles qui a ouvert une enquête et où des faits de même nature ont déjà été signalés.

La propriétaire raconte : «Le 6 juin au matin vers 6 heures nous avons retrouvé notre chatte âgée d’un an, ensanglantée sur notre terrasse. Elle avait beaucoup de mal à bouger. Nous l’avons immédiatement emmenée chez le vétérinaire de Grisolles.

Dans la matinée nous avons reçu un appel de la clinique nous informant qu’elle avait été touchée par un tir de fusil». Nala a été atteinte d’une quarantaine de plombs.

Des précédents à Bessens

Les propriétaires et leurs deux fillettes sont choqués, constatant que des personnes peuvent tirer avec des armes sur des terrains d’habitations juste à côté de leur maison. «J’ai averti la mairie de Bessens car ce n’est pas la première fois que de tels évènements se produisent», explique encore la maîtresse de l’animal.

Une triste et inquiétante affaire bien sûr… La lâcheté du tireur associée à sa dangerosité motive les enquêteurs. D’autant plus que des chats disparaissent de façon anormale dans ce secteur. «Depuis 2015 nous avons déjà perdu 3 chats», poursuit la propriétaire de Nala. Trois chats disparus, jamais retrouvés. Dans le voisinage, une quinzaine de ses congénères ont également disparu depuis 2014. L’un de ces félins a été retrouvé blessé, pris dans un piège.

Aujourd’hui, l’état de Nala s’améliore. Emma et sa petite sœur ont décidé de distribuer un petit mot dans les boîtes aux lettres du quartier : «Je m’appelle Emma. J’ai 8 ans. Ma petite sœur et moi souhaiterions que vous regardiez avant de tirer par ce que vous avez blessé notre petit chat Nala et ca nous rend triste de voir notre petit chat qui souffre. Merci de regarder avant de tirer»…

Une telle supplique ne mérite-t-elle pas d’être prise en compte ?

source : la depeche

Article précédent