Tarn-et-Garonne :Une campagne lancée pour analyser le taux de glyphosate dans les urines des habitants

Le glyphosate est l’herbicide le plus utilisé au monde. / Countrypixel/Stock.adobe.com

C’est une initiative un peu saugrenue mais dont les résultats sont probants. L’association Campagne glyphosate organise des prélèvements et des analyses d’urine auprès de citoyens volontaires, pour évaluer le taux de glyphosate présent dans leur organisme. Objectif : alerter sur la pollution de l’environnement par ce produit phytosanitaire et exiger son interdiction. Dans le Tarn-et-Garonne, plusieurs réunions d’informations sont prévues avant une campagne de prélèvements qui aura lieu en mars.

L’association Campagne glyphosate, née en Ariège, continue d’essaimer partout en France. Ce groupe organise le prélèvement et l’analyse d’urines de citoyens volontaires pour évaluer la présence de glyphosate dans leur organisme. Le glyphosate étant une molécule artificielle, et non naturelle, sa présence dans nos organismes prouve, selon l’association, l’étendue de la pollution que provoque cet herbicide.

Plusieurs campagnes ont eu lieu dans la région, notamment à Toulouse. Et les résultats sont sans appel : les taux relevés dans les urines des volontaires dépassent systématiquement le seuil autorisé dans l’eau potable, fixé à 0,1 nanogramme par millilitre. Pour agir concrètement, Campagne glyphosate propose aux citoyens prélevés de porter plainte contre les personnes responsables des firmes fabriquant du glyphosate et celles responsables des organismes qui ont contribué à leur mise sur le marché.

Une branche de l’association Campagne glyphosate vient tout juste de se créer dans le département pour organiser une campagne de prélèvements et d’analyses d’urines de Tarn-et-Garonnais, qui pourront aussi s’ils le souhaitent, porter plainte.

source : ladepeche.FR

Article précédentArticle suivant