Tarn-et-Garonne : une femme de 41 ans mise en examen pour le meurtre d’un homme, roué de coups

Photo illustration

La victime, un homme de 58 ans, a été retrouvée morte à son domicile de Valence-d’Agen dans la nuit de mercredi à jeudi selon le parisien.

Soupçonnée du meurtre d’un homme de 58 ans roué de coups à son domicile de Valence-d’Agen (Tarn-et-Garonne) mercredi, une femme de 41 ans a été mise en examen et placée en détention provisoire, selon France 3 Occitanie. Présent avec elle au moment des faits, un homme de 58 ans a également été mis en examen pour abstention volontaire d’empêcher une atteinte à l’intégrité corporelle d’autrui. Il a été laissé libre sous contrôle judiciaire.

Les circonstances de l’affaire sont particulièrement sordides. Le visage tuméfié, la victime a été retrouvée morte plus tôt cette semaine à son appartement. Mercredi soir, elle avait appelé les gendarmes pour leur signaler l’irruption d’un homme et d’une femme chez lui. Peu de temps après, ces derniers se sont présentés à la gendarmerie de Valence d’Agen en état d’ivresse. Après avoir expliqué avoir violenté la personne qui a appelé la gendarmerie, la quadragénaire et l’homme qui l’accompagne ont été immédiatement placés en garde à vue.

Des sacs à l’origine du crime ?

Le passage à tabac ne fait pas de doute selon l’autopsie qui révèle des traumatismes faciaux et une trace de semelle sur le visage, précise France Bleu Occitanie. La victime serait décédée en s’étouffant avec son sang et sous le stress généré par son agression. Face aux gendarmes, la femme reconnaît avoir asséné des coups de pied à la tête de la victime qui se trouvait au sol pendant sous l’œil impassible de son ami.

Les raisons de ce déchaînement de violence demeurent des plus floues pour le moment. Selon le procureur de la République de Montauban, Laurent Czernik, elles « pourraient notamment être liées à un contentieux sur la présence supposée des sacs de la mise en cause chez la victime alors que la suspecte les avait confiés, en réalité, à une autre femme ».

source : le parisien

Article précédentArticle suivant