Tarn-et-Garonne : La centrale nucléaire de Golfech menacée par la rouille

La centrale nucleaire de Golfech, au bord de la Garonne. – Alexandre GELEBART/20MINUTES

En cas de séisme ou d’inondation, la pompe de refroidissement des réacteurs nucléaires pourrait subir des défaillances, indique l’Autorité de Sûreté Nucléaire.

L’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) alerte sur l’état “dégradé” des tuyaux de circulation d’eau de 29 réacteurs nucléaires, sur les 58 que compte le parc français. En cas d’inondation ou de séisme, les pompes d’eau froide pourraient cesser de fonctionner, explique l’ASN dans un communiqué. L’organisme a jugé la situation suffisamment préoccupante pour la classer 2 sur 7, sur l’échelle internationale des événements nucléaires (Ines).

source : asn

 Cette rouille diminuerait l’épaisseur de certains tuyaux, qui ne pourraient plus résister en cas d’événement violent, détaille l’ASN. Or ces tuyaux servent à pomper de l’eau pour refroidir les réacteurs. En cas de défaillance temporaire, des réservoirs d’eau sont prévus pour le refroidissement, mais si le problème perdure, alors une réaction en chaîne peut conduire à la fusion du réacteur nucléaire.

“Ces dégradations sont la conséquence de la corrosion qui a pu se développer en l’absence d’une maintenance préventive adaptée“, prévient l’ASN dans son communiqué. Neuf centrales sont concernées par ce risque d’après l’organisme : celles de Belleville-sur-Loire, Cattenom, Chinon, Cruas, Dampierre-en-Burly, Golfech, Nogent-sur-Seine, Paluel, Saint-Alban et Saint-Laurent-des-Eaux.

 source : rtl
Article précédentArticle suivant
Close