Tarn-et-Garonne : des malfaiteurs écroués après l’agression nocturne d’une famille

Trois hommes encagoulés et armés de deux couteaux ont fait irruption dans une maison dans laquelle dormaient un jeune couple et leurs quatre enfants, âgés de 7 à 12 ans.

Ils avaient terrorisé une famille en les agressant à leur domicile. Quatre hommes, âgés de 18 à 21 ans, ont été mis en examen vendredi dernier à Montauban (Tarn-et-Garonne) pour «tentative de vol avec violence en bande organisée». Les trois agresseurs ont été écroués. Le quatrième, qui conduisait la voiture, a été remis en liberté sous contrôle judiciaire.

 

L’affaire a débuté le 10 août dernier, vers 4h du matin à Saint-Porquier, lorsque trois hommes encagoulés et armés de deux couteaux font irruption dans une maison dans laquelle dormaient un jeune couple et leurs quatre enfants, âgés de 7 à 12 ans. «C’est une petite commune. Les gens se sentaient en confiance et ils n’avaient pas fermé leur porte, précise une source proche de l’affaire. Ce sont de simples employés et qui ne présentaient aucun signe extérieur de richesse. Il semble qu’ils ont été choisis au hasard»

«Le père s’est interposé, il a reçu un coup de couteau»

Les agresseurs rassemblent tous les membres de la famille dans une pièce. Ils menacent de tuer la mère de famille pour qu’ils leur remettent de l’argent et des bijoux. «Le père s’est interposé et les voleurs lui ont donné un coup de couteau qui lui a entaillé le visage», ajoute la même source. Peu après celui-ci profite, d’un instant d’inattention des voleurs prendre la fuite et alerter les voisins. Le trio monte à bord d’une Mercedes conduite par un complice et prend la fuite. Le père de famille, prévient les gendarmes et prend ses agresseurs en chasse. Les voleurs parviennent à s’échapper. Mais la victime parvient à relever leur numéro d’immatriculation.

Les gendarmes de la brigade des recherches de Montauban identifient le propriétaire de la voiture et ses complices. Il est interpellé, le 17 aout à Montauban avant que les gendarmes ne mettent la main sur ses trois complices dans la région de Toulouse (Haute-Garonne) et dans l’Hérault. Les quatre hommes ont partiellement reconnu les faits. Les trois principaux suspects sont défavorablement connus des services de police. Les militaires ont établi, grâce à la téléphonie et des éléments d’enquête, qu’ils étaient bien sur les lieux au moment des faits. La suite des investigations doit permettre de comprendre s’ils ont commis d’autres attaques dans les jours précédents.

  source : leparisien.fr

Article précédentArticle suivant
Close