Montauban : un octogénaire et sa famille agressés dans leur appartement par un groupe de jeunes

(Photo d’illustration) – AFP


Agression à domicile. Mardi 16 mars, une famille a vécu un calvaire avec l’irruption de plusieurs jeunes dans leur appartement à Montauban (Tarn-et-Garonne), qui se sont livrés à des violences nécessitant l’hospitalisation du père, âgé de 82 ans et handicapé. Le Parquet de Montauban a confirmé au Figaro qu’une enquête est en cours.

L’agression a eu lieu non loin de la cité des Chaumes, quartier sensible de la ville. Selon nos sources, mardi en fin d’après-midi, une des filles du couple habitant sur place aurait raccompagné l’infirmière s’occupant des soins de son père, et serait tombée sur un groupe de jeunes squattant et «fumant» aux abords de l’immeuble. Le différend n’est pas encore précisé, mais selon La Dépêche du Midi , la jeune femme avait déjà interpellé certains d’entre eux quelques jours auparavant, et leur aurait cette fois intimé de partir, «n’ayant rien à faire là et surtout pas du trafic». L’implication d’un trafic de stupéfiants n’est pas encore confirmée à ce stade.


20h, les jeunes seraient revenus en plus grand nombre, réussissant à entrer dans le hall et localisant l’appartement de la famille. Cette dernière n’aurait pas pu voir l’ensemble du groupe avant d’ouvrir sa porte. Les jeunes seraient ainsi entrés et auraient frappé le père, un homme âgé et handicapé, le faisant chuter. Ce dernier a ensuite été évacué par les pompiers et a été hospitalisé.

Le bailleur social de l’immeuble, Tarn-et-Garonne Habitat, a précisé au Figaro que l’immeuble date de 2018, est fait pour l’accueil des personnes âgées ou à mobilité réduite, et est considéré comme très tranquille. «Nous n’avions pas eu de souci de délinquance jusqu’à cette agression», confirme l’office, qui précise avoir embauché une société de sécurité pour éviter tout squat ou représailles, et protéger les résidents. Un agent de sécurité et un maître-chien sont désormais sur place, jusqu’à nouvel ordre.

La famille a néanmoins demandé sa mutation vers un nouveau logement social. Selon nos sources, les patrouilles de police ont également été accentuées.

source : Le Figaro

Article précédentArticle suivant